Ici au bord du monde


Elisabeth Poiret peintre
Ici au bord du monde
Publié le 30 juillet 2018

Elisabeth Poiret peintre

J’ai été touchée par un petit texte de Jeff Foster que je retranscris ici pour accompagner quelques nouvelles œuvres du mois de juillet, des encres et des collages sur papier.

Ce lieuétrange 

Pouvons-nous nous rencontrer au delà de nos histoires

dans un lieu au delà des attentes,

et nous tenir là ensemble ?

Pouvons-nous nous rencontrer au delà du rêve du lendemain,

et redécouvrir ce qui est ici aujourd’hui,

de sorte qu’aujourd’hui devienne demain sans effort ?

Ne nous sommes pas toujours rencontrés comme ceci,

Ici au bord du monde,

où tout est possible ?

Ce lieu étrange semble si familier.

Pastel et collage sur papier   30 x 24cm   juillet 2018

Collage, encre, pastel, sanguine. Tampon imprimé.  30 x 24 cm    juillet 2018

Encre sur papier  105 x 75 cm   juillet 2018

Encre sur papier 105 x 75 cm  juillet 2018

Collage et fusain sur papier   30 x 24…

View original post 44 mots de plus

Publicités

Julie Mehretu (1970) § Jérusalem d’Alan Moore


https://culturieuse.wordpress.com/2018/07/28/julie-mehretu-1970
par CULTURIEUSEBiodiversité artistique.
le 28 juillet 2018

CultURIEUSE

© Julie Mehretu, Stadia II(encre et acrylique sur toile), 2004, 274x366cm.

Mais où se trouve-t-on? Quel est cet espace tourbillonnant? D’où provient ce vertige devant une toile en … deux dimensions? Que signifient ces formes géométriques virevoltantes? Pourquoi ai-je la sensation de reconnaître malgré tout ce « paysage »?

Julie Mehretu est née en Ethiopie. Suite au renversement de Haïlé Sélassié, son père d’origine éthiopienne et sa mère américaine rejoignent l’état du Michigan aux Etats-Unis lorsqu’elle est âgée de sept ans. Voilà pour l’origine.

Julie Mehretu. Excerpt (molotov cocktail), 2003. Ink and acrylic on canvas; 32 × 54 inches. Collection of Nicolas Rohatyn and Jeanne Greenberg Rohatyn. Photo by Erma Estwick. © Julie Mehretu. Courtesy of Marian Goodman Gallery

Peintre des flux, polycartographe contemporaine, architecte des mouvances urbaines, économiques, informatiques, sociologiques, etc, Julie Mehretu utilise la peinture, média traditionnel, pour tenter de traduire la complexité de notre temps bouleversé par de grands…

View original post 391 mots de plus

Claire Tabouret (1981) § adaptation/soumission

Cette galerie contient 8 photos.


Initialement publié sur CultURIEUSE :
Claire Tabouret, La Grande Camisole, 2015 (acrylique sur toile). Comme emmaillotés dans les plis artistiquement drapés de cette camisole (de force?), ces visages d’enfants au regard fixe et déterminé semblent scruter le regardeur. Sans animosité, mais avec pénétration. Aucun mouvement ne leur est possible, leurs membres sont invisibles. Qui les a…

Deux collages, deux poèmes


« En hommage à toute cette lumière brûlée »
Paul Villain a composé les textes qui accompagnent ces photos, en écho à ce que ces deux œuvres sur papier évoquaient pour lui, l’univers poétique que lui suggéraient ces collages.

Elisabeth Poiret peintre

Aujourd’hui, au menu :

deux collages tout neufs, deux poèmes tout frais écrits, qui se répondent et se marient.

Paul Villain a composé les textes qui accompagnent ces photos, en écho à ce que ces deux œuvres sur papier évoquaient pour lui,  l’univers poétique que lui suggéraient ces collages.

Une fois encore, poésie et peinture se répondent et entrent en résonance. Ni illustration, ni description. Une ouverture supplémentaire offerte en partage.

Collage sur papier    30 x 24    Juillet 2018
(Fusain, pastel, encre, collage de papier travaillé à l’acrylique et déchiré).

Court la fatigue autour du feu brûlant
À chaque lancer son propre vol libre
Il n’y a rien de plus que la minute pure de ce vol
La brûlure comme autre raison de fraterniser

Aller à la plus étroite des voies de liberté
À cette chanson courte comme un captif
Vers cette heure blanche, libre de sa fuite
Aller dans…

View original post 208 mots de plus

Marie Bracquemond, peintre impressionniste

Cette galerie contient 7 photos.


Initialement publié sur L'Histoire par les femmes :
Peintre française, Marie Bracquemond (1840 – 1916) est l’une des grandes dames de l’impressionnisme avec Berthe Morisot et Mary Cassatt. Longtemps éclipsée par son mari, elle commence à gagner la reconnaissance qu’elle mérite. L’apprentissage Marie Anne Caroline Quivoron nait le 1er décembre 1840 à Landunvez, près de Brest…

Cinq jeunes artistes suisses


CultURIEUSE

<o>

Documentaire de la Radio Télévision Suisse Romande. Julian Charrière, Claudia Comte, Beni Bischof, Maja Hürst, Anja Rueegsegger. Cinq artistes suisses que la réalisatrice Uta Kenter a suivi entre 2012 et 2017. Avec détermination, intensité, ils développent leur projet personnel et vivent leur passion. Tout pour l’art.

9611774 Julian Charrière, plasticien.

8821655 Claudia Comte, plasticienne.

bild Beni Bischof (1976), artiste inclassable .

event_bf210d96-dd4c-4f12-803b-6b12e966dfec Maja Hürst alias TIKA, streetart,etc.

18370598_1132530519fe48d362098a691695f3b4_1280re0 Anja Rueggsegger, écoperformances.

Regarder le documentaire consacré aux jeunes artistes suisses:

cliquez sur Tout pour l’art

Réalisation web: Miruna Coca-Cozma et Marie-Claude Martin

  • RTS Culture avec SRF, Juin 2018

View original post

Passer pour vivre.


Elisabeth Poiret peintre

 » Apatrides, sans foyer.

Ils sont là.

Et ils nous accueillent

Généreusement

dans leur regard fugitif,

nous les oublieux,

les aveugles.

Ils passent et ils nous pensent. »

Extrait d’un poème de Niki Giannari : « Des spectres hantent l’Europe ».

Ce texte dans son entier accompagne en voix of un documentaire tourné dans un camp de migrants en Grèce. Il compose la première partie d’un livre de Georges Didi-Huberman (Passer quoi qu’il en coûte aux Éditions de Minuit) ) qui a intitulé la deuxième partie de cet ouvrage : « Eux qui traversent les murs ».

Je n’ai pas encore vu le film. J’ai lu le livre, très intéressant et très riche, ouvrant de multiples pistes de réflexion autour de cette problématique.

Ici, je voudrais simplement témoigner, avec des mots très simples et une pensée moins élaborée que celle de cet auteur, de l’écho profond que provoque en moi la vision de ces hommes…

View original post 442 mots de plus