Passer pour vivre.


Elisabeth Poiret peintre

 » Apatrides, sans foyer.

Ils sont là.

Et ils nous accueillent

Généreusement

dans leur regard fugitif,

nous les oublieux,

les aveugles.

Ils passent et ils nous pensent. »

Extrait d’un poème de Niki Giannari : « Des spectres hantent l’Europe ».

Ce texte dans son entier accompagne en voix of un documentaire tourné dans un camp de migrants en Grèce. Il compose la première partie d’un livre de Georges Didi-Huberman (Passer quoi qu’il en coûte aux Éditions de Minuit) ) qui a intitulé la deuxième partie de cet ouvrage : « Eux qui traversent les murs ».

Je n’ai pas encore vu le film. J’ai lu le livre, très intéressant et très riche, ouvrant de multiples pistes de réflexion autour de cette problématique.

Ici, je voudrais simplement témoigner, avec des mots très simples et une pensée moins élaborée que celle de cet auteur, de l’écho profond que provoque en moi la vision de ces hommes…

Voir l’article original 442 mots de plus

Publicités

À propos de VITRINART

Michel SEILLER I've practice céramic many years but i'm not an artist.my pieces once designed, were destroyed. I was in the act of doing. Passionate about all forms of plastic expression and the act of creating Esthete who loves the arts, simply with the desire to publicize and promote artists

Une réflexion sur “Passer pour vivre.

  1. Gravure, eaux forte, quelle technique ???
    En tous cas j’aime

Laisser un commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s